Kohélet contient-il des paroles de torah? (chabbat 30b)

אמר רב יהודה בריה דרב שמואל בר שילת משמיה דרב בקשו חכמים לגנוז ספר קהלת מפני שדבריו סותרין זה את זה ומפני מה לא גנזוהו – מפני שתחילתו דברי תורה וסופו דברי תורה,
תחילתו דברי תורה – דכתיב +קהלת א+ מה יתרון לאדם בכל עמלו שיעמול תחת השמש ואמרי דבי רבי ינאי: תחת השמש הוא דאין לו, קודם שמש – יש לו.
סופו דברי תורה – דכתיב
+קהלת יב+ סוף דבר הכל נשמע את האלהים ירא ואת מצותיו שמור כי זה כל האדם.
מאי כי זה כל האדם? אמר רבי (אליעזר) +מסורת הש »ס: [אלעזר]+ כל העולם כולו לא נברא אלא בשביל זה.
רבי אבא בר כהנא אמר: שקול זה כנגד כל העולם כולו.
שמעון בן עזאי אומר, ואמרי לה שמעון בן זומא אומר לא נברא כל העולם כולו אלא לצוות לזה

Talmud Babylonien Chabat 30b

Rabbi Yéhouda a dit au nom de Rav Chmouel le fils de Chilat au nom de Rav
Les sages ont voulu enterrer le livre de l’Ecclésiaste, car ses paroles se contredisent.

Et pourquoi ne l’ont-ils pas enterré ? Parce que son début est une parole de Torah et que sa fin est une parole de Torah.
Son début est des paroles de Torah ainsi qu’il est écrit (Eccl. 1) « Quel est l’avantage de l’homme par le travail qu’il effectue sous le soleil. » L’école de Rabbi Yanaï dit:  » ‘Sous/après le soleil’, c’est là qu’il n’en a pas d’avantage, avant le soleil, il en a un avantage! »
Sa fin est des paroles de Torah ainsi qu’il est écrit (Eccl.12) « En fin de compte, tout est entendu, révère dieu et garde ses commandements car c’est tout l’humain. » Qu’est-ce que cela signifie « car c’est tout l’humain ». Rabbi Eliézer (ou Eléazar) a dit: « Le monde entier a été créé exclusivement pour cela. » Rabbi Abba bar Kahana a dit: « Cela compte comme le monde entier. » Chimon ben Azaï dit, et certain disent que c’est Chimon ben zoma qui dit « Le monde entier a été exclusivement créé pour accompagner cet homme. »

La joie, pensées et citations

  • La mère de la débauche n’est pas la joie mais l’absence de joie.Friedrich Nietzsche
  • On appelle « bonheur » un concours de circonstances qui permette la joie. Mais on appelle joie cet état de l’être qui n’a besoin de rien pour se sentir heureux. André Gide
  • Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir de joie.Khalil Gibran
  • C’est le rôle essentiel du professeur d’éveiller la joie de travailler et de connaître. Albert Einstein
  • La joie est en tout ; il faut savoir l’extraire. Confucius
  • Pour moi, la principale preuve de l’existence de Dieu est la joie que j’éprouve à penser que Dieu existe. René Le Senne
  • Le courage et la joie sont deux facteurs vitaux. Anne Frank
  • Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse.André Gide
  • C’est un grand commandement que d’être toujours dans la joie. Rabbi NaHman de Bratslav.

Pour en savoir plus sur la joie selon Rabbi NaHman: La joie en toute circonstances selon rabbin NaHman

Soukot est-elle une fête hédoniste? (feuille d’étude)

Hevrouta Soukot 5771 חברותא לסכות

  • Quel titre donneriez-vous à cet extrait Talmudique ?
  • Des remarques concernant la forme du texte, ses particularités littéraires ?
  • D’après ce texte, les contradictions dans les textes juifs sont-elles un problème ?
  • Qu’est-ce que la SimHa, שמחה la vraie joie, d’après le texte et d’après vous ?
  • Qu’est-ce que la Mitsva, מצוה  le commandement, d’après le texte et d’après vous ?
  • Peut-on concevoir que la joie soit une obligation/un commandement ?
  • Peut-on concevoir que la réalisation des commandements soit une joie ?
  • Quels sont les places respectives de la joie et du commandement dans la construction d’une nouvelle communauté ?

Talmud Babylonien Chabat 30b

אמר רב יהודה בריה דרב שמואל בר שילת משמיה דרב:

בקשו חכמים לגנוז ספר קהלת מפני שדבריו סותרין זה את זה,

ומפני מה לא גנזוהו – מפני שתחילתו דברי תורה וסופו דברי תורה,

תחילתו דברי תורה……..

ומאי דבריו סותרין זה את זה? –

כתיב טוב כעס משחוק וכתיב לשחוק אמרתי מהולל.

כתיב ושבחתי אני את השמחה וכתיב ולשמחה מה זה עשה.

לא קשיא

טוב כעס משחוק – טוב כעס שכועס הקדוש ברוך הוא על הצדיקים בעולם הזה,

משחוק שמשחק הקדוש ברוך הוא על הרשעים בעולם הזה.

ולשחוק אמרתי מהולל – זה שחוק שמשחק הקדוש ברוך הוא עם הצדיקים בעולם הבא.

ושבחתי אני את השמחה – שמחה של מצוה,

ולשמחה מה זה עשה – זו שמחה שאינה של מצוה.

ללמדך שאין שכינה שורה לא מתוך עצבות ולא מתוך עצלות ולא מתוך שחוק ולא מתוך קלות ראש ולא מתוך שיחה ולא מתוך דברים בטלים, אלא מתוך דבר שמחה של מצוה, שנאמר ועתה קחו לי מנגן והיה כנגן המנגן ותהי עליו יד ה’.

אמר רב יהודה: וכן לדבר הלכה.

Talmud Babylonien Chabat 30b

Rabbi Yéhouda a dit au nom de Rav Chmouel le fils de Chilat au nom de Rav

Les sages ont voulu enterrer le livre de l’Ecclésiaste, car ses paroles se contredisent.
Et pourquoi ne l’ont-ils pas enterré ? Parce que son début est une parole de Torah et que sa fin est une parole de Torah……
Qu’entend-on par le fait que ses paroles se contredisent ?
Il est écrit : « la colère est meilleure que le rire » et il est écrit « au rire j’ai dit : tu es louable » ; il est écrit : « et j’ai loué la joie » et il est écrit : « et à la joie j’ai dit : à quoi es-tu bonne ».
Ce n’est pas une difficulté : « la colère est meilleure que le rire » : la colère du saint béni soit-il à l’encontre des justes en ce monde est meilleure que le rire dont le saint béni soit-il fait rire les méchants dans ce monde.
« au rire j’ai dit : tu es louable » : Il s’agit du rire dont le saint béni soit-il fait rire les justes dans le monde futur.
« et j’ai loué la joie » : La joie du commandement.
« et à la joie j’ai dit : à quoi es-tu bonne » : C’est la joie qui n’est pas relative au commandement.
Pour t’enseigner que la présence divine ne réside pas dans la tristesse ni dans l’oisiveté ni dans la légèreté de la tête ni dans les discussions superficielles ni dans des choses vaines, mais elle réside dans les choses relatives à la joie du commandement, comme il est dit « 15 Eh bien! Amenez-moi un musicien. » Tandis que celui-ci jouait de son instrument, l’esprit du Seigneur s’empara du prophète. »
Rav Yéhouda a dit : il en est de même pour les choses de halaHa.

Les coutumes de SimHat Torah

Après la gaité de Roch Hachana, la solennité de Kipour et les plaisirs de grand air de souKot, SImHat Torah arrive néanmoins à se démarquer du lot.

Cette fête est l’occasion de traditions toutes plus étranges et marquantes.

Le déroulement intégral de la torah, fait dans certaines synagogues, est une occasion de partage, où la communauté doit compter sur tout le monde. C’est ensemble que nous pouvons tenir la torah!

On a également coutume d’appeler chacun à la Torah, de telle sorte que tout le monde a l’occasion de faire une Alya. C’est le moment ou jamais pour les juives de monter à la torah, pour la première fois peut-être.

Les enfants sont également appelés, ils montent tous ensemble, s’abritent sous un grand tallit et font les bénédiction de concert.

Il est de coutume de fabriquer des drapeaux, qu’on agite au passage de la torah.

La procession est menée à un rythme lent dans certaines synagogues, mais d’autres en profitent pour danser d’une façon très énergique, toute notre joie intérieure s’exprime à ce moment-là! Les hakafot débridées permettent d’exprimer ce qui nous motive avant tout: le sentiment d’unité avec nos vies.

On lit également la toute fin de la Torah, avant de recommencer immédiatement avec Béréchit, le commencement.

Le Hatan Torah ou la Kalat Torah est appelé en premier: c’est un honneur réservé à ceux qui ont travaillé ardemment pour le développement de la communauté, pour le bien-être et l’entre aide de chacun.

La Kalat Béréchit ou le Hatan Béréchit est appelé pour la lecture de Béréchit, c’est une personne qui a pris l’engagement de s’impliquer dans les projets communautaires.

On a coutume de distribuer des bonbons aux enfants. Certains accompagnent tout cela de différents alcools!

Ces 8 coutumes de la fête du 8e jour font de SimHat Torah un moment à ne manquer sous aucun prétexte, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

Certains vénèrent des valeurs figées, saluent des drapeaux aussi figés que les devises et les hymnes.

Nous avons la chance de respecter toutes ces valeurs citoyennes, et de ne vénérer que l’intelligence de l’étude.

En place de drapeau, c’est la Torah qui nous rassemble, et ben malin qui pourrait en tirer des déductions fermées et absolutistes!

Nous ne nous levons pas devant un être humain, roi ou empereur, mais devant un texte qui nous laisse toute liberté de penser et nous encourage à l’esprit critique.

Notre « code civil » n’appartient pas à des spécialistes, c’est un code de sagesse qui est lu par et pour chacun et chacune.

Cela nous donne de nombreuses raisons de nous réjouir, ce qui tombe bien  car c’est le commandement fondamental de la fête!