Les coutumes de SimHat Torah

Après la gaité de Roch Hachana, la solennité de Kipour et les plaisirs de grand air de souKot, SImHat Torah arrive néanmoins à se démarquer du lot.

Cette fête est l’occasion de traditions toutes plus étranges et marquantes.

Le déroulement intégral de la torah, fait dans certaines synagogues, est une occasion de partage, où la communauté doit compter sur tout le monde. C’est ensemble que nous pouvons tenir la torah!

On a également coutume d’appeler chacun à la Torah, de telle sorte que tout le monde a l’occasion de faire une Alya. C’est le moment ou jamais pour les juives de monter à la torah, pour la première fois peut-être.

Les enfants sont également appelés, ils montent tous ensemble, s’abritent sous un grand tallit et font les bénédiction de concert.

Il est de coutume de fabriquer des drapeaux, qu’on agite au passage de la torah.

La procession est menée à un rythme lent dans certaines synagogues, mais d’autres en profitent pour danser d’une façon très énergique, toute notre joie intérieure s’exprime à ce moment-là! Les hakafot débridées permettent d’exprimer ce qui nous motive avant tout: le sentiment d’unité avec nos vies.

On lit également la toute fin de la Torah, avant de recommencer immédiatement avec Béréchit, le commencement.

Le Hatan Torah ou la Kalat Torah est appelé en premier: c’est un honneur réservé à ceux qui ont travaillé ardemment pour le développement de la communauté, pour le bien-être et l’entre aide de chacun.

La Kalat Béréchit ou le Hatan Béréchit est appelé pour la lecture de Béréchit, c’est une personne qui a pris l’engagement de s’impliquer dans les projets communautaires.

On a coutume de distribuer des bonbons aux enfants. Certains accompagnent tout cela de différents alcools!

Ces 8 coutumes de la fête du 8e jour font de SimHat Torah un moment à ne manquer sous aucun prétexte, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

Certains vénèrent des valeurs figées, saluent des drapeaux aussi figés que les devises et les hymnes.

Nous avons la chance de respecter toutes ces valeurs citoyennes, et de ne vénérer que l’intelligence de l’étude.

En place de drapeau, c’est la Torah qui nous rassemble, et ben malin qui pourrait en tirer des déductions fermées et absolutistes!

Nous ne nous levons pas devant un être humain, roi ou empereur, mais devant un texte qui nous laisse toute liberté de penser et nous encourage à l’esprit critique.

Notre « code civil » n’appartient pas à des spécialistes, c’est un code de sagesse qui est lu par et pour chacun et chacune.

Cela nous donne de nombreuses raisons de nous réjouir, ce qui tombe bien  car c’est le commandement fondamental de la fête!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s